Home Lifestyle Activités CYCLISME SUR ROUTE

CYCLISME SUR ROUTE

SHARE

Le VTT n’est pas la seule activité qui gagne en popularité dans les alentours de Verbier. Ces dernières années, les cyclistes sur route tous vêtus de lycra ont eux aussi vu leur nombre augmenter, profitant des routes splendides dont abonde la région valaisanne. Adam Sedgwick et Jonas Sundstedt ont récemment mis sur pied Haut Vélo, un service séjour et accompagnement, pour faire découvrir aux visiteurs ce que le coin leur réserve.

Verbier attire des amateurs de cyclisme du monde entier. Ayant précédemment accueilli le Tour de France et le Tour de Suisse, les Chris Froome, Peter Sagan, Fabian Cancellara, Cadel Evans et Lance Armstrong, entre autres, ont pu se mesurer aux routes sinueuses des environs. À Aigle, accessible en vélo depuis Verbier, se trouve également le siège mondial de l’UCI avec ses installations de calibre international, notamment son vélodrome et sa piste de BMX. Le Val de Bagnes offre aux cyclistes un terrain de jeu spectaculaire : des cols de montagne montant vers la France et l’Italie jusqu’aux routes plates longeant les rives du Rhône à travers vignobles et vergers. Sans oublier quelques routes historiques serpentant à travers les villages alpins traditionnels ou quelques descentes riches en sensations : il y en a pour tous les goûts. Passionnés de cyclisme, Adam et Jonas ont décidé de créer une agence de voyage à vélo (de route) afin de faire partager leurs expériences et la beauté de la région à d’autres amateurs de cyclisme.

 

VL : Quand avez-vous commencé le vélo de route ?
JS : Il y a 25 ans. J’avais quelques amis qui en faisaient et c’est comme ça que nous avons refait le monde.
AS : À l’été 2005, entre ma saison d’été et celle d’hiver, je me suis dit que ce serait un excellent moyen de me préparer pour le ski. Je partais sur mon vieux VTT arpenter les routes du coin, mais je me faisais souvent rattraper par des gens bien plus âgés que moi. Je me suis dit : il me faut un de ces vélos… et je n’en suis jamais revenu !!

VL : Faites-vous aussi du VTT ?
JS : Oui, j’ai été guide de VTT ici à Verbier.
AS : Oui, j’aime le côté aventure qu’apportent les sentiers et les défis que procurent les ascensions techniques.

VL : Vous travaillez tous les deux à Verbier pendant la période hivernale, avez-vous eu le temps de rouler depuis le début de l’année ?
AS : Oui, carrément, j’essaie de rouler toute l’année. La douceur de l’hiver dernier y a certainement contribué. Je participe volontairement à une longue cyclosportive ?? what does this mean ? au début du printemps, ça me donne un objectif. Cette année, j’ai fait Liège-Bastogne-Liège, une classique ardennaise de 275 km à travers la Belgique.

JS : Oui, heureusement ! Les conditions ont été au top cet hiver, le plus chaud que j’ai connu depuis plus 15 ans ici à Verbier.

VL : Faut-il avoir l’équipement complet pour s’y mettre ?
JS : Non, absolument pas. J’ai l’impression que les gens imaginent que c’est un sport compliqué et qui revient cher, mais pas forcément. Il suffit de monter sur un vélo et d’aller rouler, tout simplement ! Je conseille d’avoir un casque, un cuissard rembourré, des gants/mitaines et un kit de réparation anti-crevaison. Il faut y aller doucement les premiers mois jusqu’à ce que vous sentiez à l’aise, mais l’important est de sortir se faire plaisir.

AS : Beaucoup de gens qui souhaitent s’essayer au cyclisme nous posent cette question. Si bien que nous sommes en train de mettre au point un cours pour former les débutants aux rudiments du cyclisme et leur permettre de gagner en expérience et en confiance. Dans nos séances, nous aborderons les réparations d’urgence, le matériel à emporter avec soi en sortie, le réglage du vélo, la position sur le vélo, et surtout, les gâteaux les plus nourrissants pour la mi-parcours…

VL : Quel est votre parcours préféré où vous emmenez les débutants ?
AS : Facile : à la découverte des magnifiques villages, vignobles et vergers suisses qui longent les rives du Rhône. Et aussi entre Martigny et le lac Léman en suivant la piste cyclable qui passe par le siège et le vélodrome de l’UCI.

VL : Et les cyclistes plus expérimentés ?
JS : Lorsque la neige fond, on peut gravir les grands cols de la région, le col de la Forclaz par exemple, et s’ils sont bien en jambes, on peut monter jusqu’au barrage d’Émosson. Les autres grands classiques sont le col du Grand-Saint-Bernard, le col du Lin, la montée de Champex-Lac, de La Fouly, ou bien enchaîner les ascensions tant qu’on en a encore sous la pédale !

Pour en savoir plus sur les séjours et sorties à vélo avec guide, et Haut Vélo, rendez-vous sur www.hautvelo.com.

 

SHARE