Les 25 Bougies de l'Extreme de Verbier

Les 25 Bougies de l’Extreme de Verbier

Le Freeride World Tour a voulu célébrer le 25ème anniversaire de l’Xtreme de Verbier, point de départ de l’épopée mondiale du Freeride.

LE FREERIDE WORLD TOUR ET ALTIS PRÉSENTENT : LES 25 BOUGIES DE L’XTREME DE VERBIER

Le mois dernier, 25 personnalités se sont réunies pour illuminer le Bec des Rosses en l’honneur du 25ème anniversaire de l’Xtreme de Verbier.

Verbier, Suisse — Mardi 24 mars 2020 — C’est dans un contexte extraordinaire que la Grande Finale du FWT20 n’aura pas lieu cette année. Malgré tout, c’est avec émotion et humilité que le Freeride World Tour a voulu célébrer le 25ème anniversaire de l’Xtreme de Verbier, point de départ de l’épopée mondiale du Freeride.

Depuis sa création en 1996, le public est le témoin ébahi de l’évolution de ce sport qui défie les lois de la gravité et les limites en montagne. En 2008, le succès de l’évènement pousse à la création d’un championnat international en 5 étapes avec pour acte final l’Xtreme de Verbier : le Freeride World Tour est né.

Le 20 février dernier, le mythique Bec des Rosses, hôte de toutes les éditions de l’Xtreme de Verbier, a été le siège d’un moment extraordinaire et rare pour une montagne. A l’instar du Cervin il y a 5 ans, la face emblématique a été illuminée par 25 personnalités du freeride, ayant contribué à la réussite de l’Xtreme.

Munies de lampes frontales fournies par Altis, les 25 bougies ont gravi les flancs de l’imposante montagne à la nuit tombante. Elles se sont positionnées tout au long de la crête, de parts et d’autres du sommet du Bec des Rosses, afin de célébrer le 25ème anniversaire du mythique Xtreme de Verbier.

Des guides chevronnés, menés par Claude-Alain Gailland, en charge de la sécurité de l’Xtreme depuis 20 ans, ont encadré cette opération avec sang-froid et expérience.

Les skieurs valaisans Jérémie Heitz et Yann Rausis, ainsi que le snowboarder français Xavier De Le Rue ont ensuite clôturé cet incroyable spectacle en descendant tour à tour la face, équipés d’un puissant casque LED dans une nuit noire et sous un ciel majestueux décoré d’une pluie d’étoiles. Autant d’étoiles dans le ciel que de stars illuminant le Bec des Rosses cette nuit-là. Parmi ces étoiles célestes se trouvaient certainement Estelle Balet, Dédé Rehm, Gilles Voirol et Marco Siffredi, ces jeunes riders disparus trop tôt et ayant marqué l’histoire du Bec des Rosses à jamais.

Un moment magique, inoubliable et nostalgique pour les participants et spectateurs de cette mise en scène nocturne. Nicolas Hale-Woods, le cofondateur de l’Xtreme et CEO du Freeride World Tour était ému d’être entouré par la grande famille du Freeride. Car ce soir-là, les flancs du Bec des Rosses ont rassemblé les freeriders de tous âges, de Victor Hale-Woods âgé de 17 ans à Jean Troillet du haut de ses 72 ans.

Le metteur en scène de cet événement n’était autre que le spécialiste des créations nocturnes Nicolas Falquet qui a filmé et monté le clip vidéo. Le photographe Dominique Daher, conscient de l’importance du moment, a avoué avoir le doigt tremblant au moment d’appuyer sur le déclencheur pour les 6 minutes d’exposition du cliché. Il s’agissait de ne pas rater cet instant crucial. Le résultat est tout simplement époustouflant.

Si le 25ème anniversaire a été célébré en petit comité cette année, le rendez-vous est fixé pour mars 2021 à l’occasion de la 25ème édition de l’Xtreme de Verbier, qui réunira les passionnés de freeride lors d’une grande fête. Restez à l’écoute de ce que le Freeride World Tour réserve à ses fans, athlètes, et partenaires pour la 25ème édition, car les légendes qui ont construit la réputation de l’Xtreme au fil du temps, ont déjà confirmé leur présence !

Ne manquez pas les dernières actualités sur les réseaux sociaux et sur www.freerideworldtour.com

Carte d’identité du Le Bec des Rosses :

  • Altitude : 3223m
  • Dénivelé : 650m
  • Déclivité : de 35°à 50°
  • Orientation : Nord-Est
  • 1ère édition de l’Xtreme : 1996

Les 3 athlètes qui ont descendu le Bec des Rosses de nuit :

  • Yann Rausis : Rider FWT depuis 2017, “local” de Verbier, 4ème de l’Xtreme Verbier en 2017.
  • Jérémie Heitz: Rider FWT pendant 5 saisons, Skieur stratosphérique à découvrir dans son film emblématique du ski en pente raide « La Liste ».
  • Xavier De Le Rue: Snowboarder, triple champion du monde du FWT et 2 fois vainqueur de l’Xtreme Verbier

 

Les 25 bougies qui ont illuminé le Bec des Rosses :

  1. Isabelle De Lalène: Membre du comité d’organisation dès la 1re édition de 1996 à 2011
  2. Francine Janet-Moreillon: Membre du comité d’organisation dès la 1re édition : Francine a été responsable de la communication, puis juge lors de 2 éditions de l’Xtreme.
  3. Nicolas Hale-Woods: CEO du FWT, co-fondateur de l’Xtreme Verbier avec Philippe Buttet.
  1. Elisabeth Gerritzen: Vainqueur de l’Xtreme de Verbier 2019 et rideuse sur le FWT depuis 2017.
  1. Alain Guigoz: Membre du comité d’organisation dès la 1re édition et conseiller juridique du FWT.
  1. Ueli Kestenholz: Rider du 1er Xtreme de Verbier et médaillé de bronze de slalom géant Snowboard des JO de Nagano 1998.
  1. Géraldine Fasnacht: Triple vainqueur de l’Xtreme de Verbier en 2002, 2003, 2009.
  1. Jean Troillet: Co-responsable de la sécurité de la 1re édition avec Thierry Gasser. Plus de 10 ascension de sommets de plus de 8000m à son palmarès dont la 1ère descente de l’Everest en snowboard.
  1. Julien Hess: Membre du comité d’organisation de 2010 à 2020. Directeur Général du FWT de 2016 à 2020. Co-fondateur du Verbier E-Bike Festival.
  1. Victor Hale-Woods: Fils de Nicolas Hale-Woods et participant du FJT / FJWC.
  1. Thibault Hale-Woods: Fils de Nicolas Hale-Woods et participant du FWQ.
  2. Claude-Alain Gailland: Guide de montagne, Chef de la sécurité de l’Xtreme depuis 20ans.
  3. Hugo Dentan: Fils de Pierrick Dentan et rider FWQ.
  1. Paul Dentan: Fils de Pierrick Dentan, rider FWQ, Vice-champion du monde (2eme ski hommes) FJWC19.
  1. Pierrick Dentan: Membre du comité d’organisation dès la 1ère édition et coordinateur météo pendant 22 ans.
  1. Raphy Gillioz: 3ème de l’Xtreme de Verbier en 2009, dans la catégorie Ski. Guide de montagne et patrouilleur chez Télénendaz.
  1. Julien Willenegger: Membre de l’équipe de sécurité.
  1. Michel Marcon: Membre de l’équipe de sécurité.
  1. Leo Slemett: Champion du monde 2017 catégorie ski hommes. Membre du Pro Freerider Board.
  1. Phil Meier: Participant à l’Xtreme de Verbier et des 1ères éditions du FWT
  1. Nicolas Pasquier: 3ème de l’Xtreme de Verbier en 2007, dans la catégorie Ski.
  1. Michel Voirol: Père de Gilles Voirol qui a été 2ème de la 1ère édition de Verbier en 1996, 3ème en 1997. Gilles est décédé au Canada en 2002. Le trophée de l’Xtreme est à son honneur, et porte ainsi son nom.
  1. Ruth Leisibach : Quintuple vainqueur de l’Xtreme de Verbier en snowboard femmes
  1. Lars Langenskiöld: Ancien Marketing Manager de Red Bull Suisse, sponsor Titre de la 1ère édition.
  2. Yannick Ducrot: Membre du comité d’organisation dès la 1re édition du FWT de 2008 / Directeur des Opérations


25 CANDLES FOR 25 YEARS OF THE VERBIER XTREME

LE FREERIDE WORLD TOUR ET ALTIS PRÉSENTENT : LES 25 BOUGIES DE L’XTREME DE VERBIER

Le mois dernier, 25 personnalités se sont réunies pour illuminer le Bec des Rosses en l’honneur du 25ème anniversaire de l’Xtreme de Verbier.

Verbier, Suisse — Mardi 24 mars 2020 — C’est dans un contexte extraordinaire que la Grande Finale du FWT20 n’aura pas lieu cette année. Malgré tout, c’est avec émotion et humilité que le Freeride World Tour a voulu célébrer le 25ème anniversaire de l’Xtreme de Verbier, point de départ de l’épopée mondiale du Freeride.

Depuis sa création en 1996, le public est le témoin ébahi de l’évolution de ce sport qui défie les lois de la gravité et les limites en montagne. En 2008, le succès de l’évènement pousse à la création d’un championnat international en 5 étapes avec pour acte final l’Xtreme de Verbier : le Freeride World Tour est né.

Le 20 février dernier, le mythique Bec des Rosses, hôte de toutes les éditions de l’Xtreme de Verbier, a été le siège d’un moment extraordinaire et rare pour une montagne. A l’instar du Cervin il y a 5 ans, la face emblématique a été illuminée par 25 personnalités du freeride, ayant contribué à la réussite de l’Xtreme.

Munies de lampes frontales fournies par Altis, les 25 bougies ont gravi les flancs de l’imposante montagne à la nuit tombante. Elles se sont positionnées tout au long de la crête, de parts et d’autres du sommet du Bec des Rosses, afin de célébrer le 25ème anniversaire du mythique Xtreme de Verbier.

Des guides chevronnés, menés par Claude-Alain Gailland, en charge de la sécurité de l’Xtreme depuis 20 ans, ont encadré cette opération avec sang-froid et expérience.

Les skieurs valaisans Jérémie Heitz et Yann Rausis, ainsi que le snowboarder français Xavier De Le Rue ont ensuite clôturé cet incroyable spectacle en descendant tour à tour la face, équipés d’un puissant casque LED dans une nuit noire et sous un ciel majestueux décoré d’une pluie d’étoiles. Autant d’étoiles dans le ciel que de stars illuminant le Bec des Rosses cette nuit-là. Parmi ces étoiles célestes se trouvaient certainement Estelle Balet, Dédé Rehm, Gilles Voirol et Marco Siffredi, ces jeunes riders disparus trop tôt et ayant marqué l’histoire du Bec des Rosses à jamais.

Un moment magique, inoubliable et nostalgique pour les participants et spectateurs de cette mise en scène nocturne. Nicolas Hale-Woods, le cofondateur de l’Xtreme et CEO du Freeride World Tour était ému d’être entouré par la grande famille du Freeride. Car ce soir-là, les flancs du Bec des Rosses ont rassemblé les freeriders de tous âges, de Victor Hale-Woods âgé de 17 ans à Jean Troillet du haut de ses 72 ans.

Le metteur en scène de cet événement n’était autre que le spécialiste des créations nocturnes Nicolas Falquet qui a filmé et monté le clip vidéo. Le photographe Dominique Daher, conscient de l’importance du moment, a avoué avoir le doigt tremblant au moment d’appuyer sur le déclencheur pour les 6 minutes d’exposition du cliché. Il s’agissait de ne pas rater cet instant crucial. Le résultat est tout simplement époustouflant.

Si le 25ème anniversaire a été célébré en petit comité cette année, le rendez-vous est fixé pour mars 2021 à l’occasion de la 25ème édition de l’Xtreme de Verbier, qui réunira les passionnés de freeride lors d’une grande fête. Restez à l’écoute de ce que le Freeride World Tour réserve à ses fans, athlètes, et partenaires pour la 25ème édition, car les légendes qui ont construit la réputation de l’Xtreme au fil du temps, ont déjà confirmé leur présence !

Ne manquez pas les dernières actualités sur les réseaux sociaux et sur www.freerideworldtour.com

Carte d’identité du Le Bec des Rosses :

  • Altitude : 3223m
  • Dénivelé : 650m
  • Déclivité : de 35°à 50°
  • Orientation : Nord-Est
  • 1ère édition de l’Xtreme : 1996

Les 3 athlètes qui ont descendu le Bec des Rosses de nuit :

  • Yann Rausis : Rider FWT depuis 2017, "local" de Verbier, 4ème de l’Xtreme Verbier en 2017.
  • Jérémie Heitz: Rider FWT pendant 5 saisons, Skieur stratosphérique à découvrir dans son film emblématique du ski en pente raide « La Liste ».
  • Xavier De Le Rue: Snowboarder, triple champion du monde du FWT et 2 fois vainqueur de l'Xtreme Verbier

 

Les 25 bougies qui ont illuminé le Bec des Rosses :

  1. Isabelle De Lalène: Membre du comité d'organisation dès la 1re édition de 1996 à 2011
  2. Francine Janet-Moreillon: Membre du comité d'organisation dès la 1re édition : Francine a été responsable de la communication, puis juge lors de 2 éditions de l’Xtreme.
  3. Nicolas Hale-Woods: CEO du FWT, co-fondateur de l’Xtreme Verbier avec Philippe Buttet.
  1. Elisabeth Gerritzen: Vainqueur de l'Xtreme de Verbier 2019 et rideuse sur le FWT depuis 2017.
  1. Alain Guigoz: Membre du comité d'organisation dès la 1re édition et conseiller juridique du FWT.
  1. Ueli Kestenholz: Rider du 1er Xtreme de Verbier et médaillé de bronze de slalom géant Snowboard des JO de Nagano 1998.
  1. Géraldine Fasnacht: Triple vainqueur de l'Xtreme de Verbier en 2002, 2003, 2009.
  1. Jean Troillet: Co-responsable de la sécurité de la 1re édition avec Thierry Gasser. Plus de 10 ascension de sommets de plus de 8000m à son palmarès dont la 1ère descente de l'Everest en snowboard.
  1. Julien Hess: Membre du comité d'organisation de 2010 à 2020. Directeur Général du FWT de 2016 à 2020. Co-fondateur du Verbier E-Bike Festival.
  1. Victor Hale-Woods: Fils de Nicolas Hale-Woods et participant du FJT / FJWC.
  1. Thibault Hale-Woods: Fils de Nicolas Hale-Woods et participant du FWQ.
  2. Claude-Alain Gailland: Guide de montagne, Chef de la sécurité de l'Xtreme depuis 20ans.
  3. Hugo Dentan: Fils de Pierrick Dentan et rider FWQ.
  1. Paul Dentan: Fils de Pierrick Dentan, rider FWQ, Vice-champion du monde (2eme ski hommes) FJWC19.
  1. Pierrick Dentan: Membre du comité d'organisation dès la 1ère édition et coordinateur météo pendant 22 ans.
  1. Raphy Gillioz: 3ème de l'Xtreme de Verbier en 2009, dans la catégorie Ski. Guide de montagne et patrouilleur chez Télénendaz.
  1. Julien Willenegger: Membre de l'équipe de sécurité.
  1. Michel Marcon: Membre de l'équipe de sécurité.
  1. Leo Slemett: Champion du monde 2017 catégorie ski hommes. Membre du Pro Freerider Board.
  1. Phil Meier: Participant à l'Xtreme de Verbier et des 1ères éditions du FWT
  1. Nicolas Pasquier: 3ème de l'Xtreme de Verbier en 2007, dans la catégorie Ski.
  1. Michel Voirol: Père de Gilles Voirol qui a été 2ème de la 1ère édition de Verbier en 1996, 3ème en 1997. Gilles est décédé au Canada en 2002. Le trophée de l'Xtreme est à son honneur, et porte ainsi son nom.
  1. Ruth Leisibach : Quintuple vainqueur de l'Xtreme de Verbier en snowboard femmes
  1. Lars Langenskiöld: Ancien Marketing Manager de Red Bull Suisse, sponsor Titre de la 1ère édition.
  2. Yannick Ducrot: Membre du comité d'organisation dès la 1re édition du FWT de 2008 / Directeur des Opérations

TENEZ-VOUS PRÊTS, LE BOSS DES BOSSES EST DE RETOUR !

Le légendaire Boss des Bosses, la plus grande compétition de bosses inter-stations d’Europe, revient à Verbier le 15 mars ! Tom Banfield, son fondateur, a organisé le premier Boss des Bosses à Chamonix en 1990, en guise de défi à un ami de Val d’Isère afin de régler leur différend, à savoir quelle station possédait les meilleurs skieurs. L'an dernier, des équipes et supporters de Zermatt, Chamonix et des Portes du Soleil ont rejoint Verbier pour cette compétition de bosses à confrontation directe. Au menu, les équipes de skieurs, snowboardeurs et télémarkeurs se fraient un chemin à travers une section de bosses abrupte et marquent des points en fonction de la rapidité, du style et des sauts.

VL : Comment s'est passée la manifestation de l'an dernier après cinq années de pause ?

TB : Le légendaire phénix est rené de ses cendres et s'est complètement dépoussiéré. Des équipes de Zermatt, Chamonix et des Portes du Soleil sont venues avec des bus remplis de supporters pour profiter d'un spectacle à la fois merveilleux, ludique et amusant. La dernière course a donné lieu à une finale sensationnelle qui a vu Zermatt battre Verbier.

NdR : La manifestation de l'an dernier était un vrai test, surtout au niveau de l'emplacement du parcours. Dans les années 90, les événements Mogul Mania se déroulaient sur les pentes ensoleillées de Fontanet, mais nous avons décidé de créer notre propre parcours spécialement conçu, au milieu des arbres. Il offre une meilleure visibilité en cas de jour blanc, et les spectateurs peuvent accéder au site à pied, évitant ainsi les problèmes de sécurité qui ont écourté l'organisation de la manifestation à Chamonix. Heureusement pour nous, l'idée a été une réussite totale, d'autant que le Rouge se trouve juste en contrebas pour l'After Party et la remise des prix.

VL : À quoi peut-on s'attendre cette année ?

TB : À du grand ski, de la bonne musique, et espérons-le, un beau soleil bien chaleureux. Cette année, les sponsors incluent Faction Skis, Sinner Clothing, Mountain Air, Le Rouge Restaurant, Winslow Breweries, la Pharmacie de la Croix de Cœur, Sungod Goggles, l'office de tourisme de Verbier et Téléverbier.

NdR : Nous avons beaucoup appris de la première édition l'an dernier, notamment comment créer de meilleures bosses et de meilleurs sauts.

VL : Le premier Boss des Bosses a eu lieu il y a 27 ans, il est donc plus âgé que la plupart des concurrents : selon vous, qu'est-ce qui rend cette manifestation aussi populaire auprès des jeunes aujourd'hui ?

TB : C'est seulement Niko et moi qui avons vieilli ! L'événement, lui, est encore tout frais. Le ski de bosses offre toujours un excellent spectacle et le public continue d'être alimenté par un flux incessant de jeunes saisonniers venus vivre leur rêve.

NdR : 1990, c'est comme si c'était hier, et l'esprit est le même. Poursuivre le mode de vie d'un mordu de ski est un choix que seul peu de gens ont le plaisir de réaliser, mais nous avons deux choses en commun : nous adorons rider et faire la fête. Donc toute manifestation louant les deux est vouée au succès.

VL : Comment l'événement a-t-il évolué au fil du temps ?

TB : Nous avons commencé avec une chaîne hifi, un lot de cassettes et un mégaphone, alors avoir des DJ et un véritable système de sonorisation est un progrès formidable. Côté ski, la qualité des sauts et des figures est devenue stratosphérique.

NdR : Des sauts stratosphériques en effet ! Cette année, le champion de France Ben Cavet donnera le ton et skiera pour les Portes du Soleil. Considéré comme l'un des meilleurs skieurs acrobatiques du moment, Ben a récemment remporté une médaille d'argent à la Coupe du monde FIS à Deer Valley aux États-Unis.

VL : Quel est votre plus beau souvenir ?

TB : Il y a eu tellement de moments hilarants et de finales intenses qu'il est difficile de faire un choix.

NdR : L'un de mes meilleurs souvenirs a été de voir l'un de mes coéquipiers racler un très bon skieur de Zermatt alors qu'il était déguisé en banane géante.

VL : Sur qui miseriez-vous cette année ?

NdR : Zermatt l'a souvent emporté par le passé, comme l'an dernier lors de la toute dernière descente face à Verbier. Je miserai sur Verbier, qui prendra sa revanche.

VL : Comment le Boss des Bosses a-t-il atterri à Verbier ?

TB : Je connais Niko depuis la toute première édition du Boss des Bosses, lorsqu'il skiait à Chamonix. Nous nous sommes mis à nous rappeler comment il avait skié pour trois stations différentes lors des trois premières éditions, et après quelques bières de plus, nous avons évoqué la possibilité d'organiser la compétition à Verbier.

En septembre 2015, Niko m'a appelé pour me dire que ses amis Raph et Tash du Rouge tenaient également à amener l'événement à Verbier, du coup, grâce à leur collaboration, le rêve est devenu réalité.

Le parcours se situe au-dessus du Bar 1936, avec un accès piéton facile depuis Carrefour.

11h Inspection du parcours

12h Début de la compétition

15h Grandes finales

17h Remise des prix et After Party au Rouge

22h After After Party au Crock

 


Junior Xtreme 2012

La saison dernière le Freeride Word Tour a introduit une édition Juniors et l’aventure continue cette année avec trois compétitions y compris the Dakine Freeride Juniors Verbier en parallèle avec l’événement principal. Géraldine Fasnacht – elle-même trois fois gagnante de l’Xtreme - accompagne la jeune freerideuse Estelle Balet pendant sa préparation pour cet évènement pour partager et transmettre ses connaissances et son expérience. Ici Géraldine nous donne son avis sur l’émergence de cette nouvelle catégorie.

IMG_0399-1C’est en 2011, que pour la première fois « Les Juniors » arrivent sur le Freeride World Tour de Chamonix et de Verbier. C’est Cyril Neri, trois fois vainqueur de l’Xtreme de Verbier, qui s’occupe de la relève. Pour lui « Les Juniors » étaient le maillon manquant dans la pyramide européenne/mondiale.

L’idée de l’événement c’est une journée de prévention avec des ateliers sécurité, des conférences sur le danger des avalanches et un jour de compétition. En 2011, les deux compétitions ont été annulées en dernière minute pour cause de mauvaises conditions. Ce qui finalement a permis à ces jeunes talents, de partager leur passion du freeride sans la pression de la compétition ce qui à mon avis était une très bonne chose.

Les choix des faces par l’organisation, pour les compétitions « Juniors » doivent présenter suffisamment de dénivelées et de difficultés techniques mais une chute doit impérativement rester sans gravité. Il n’y a pas de zones exposées au-dessus de falaises, une déclivité maximum de 40° et les conditions de neige doivent être optimum.
Les jeunes sont encadrés par des guides de montagnes, des patrouilleurs et des profs de ski/snowboard patentés. De plus lors des ateliers sécurité/choix de ligne, de nombreux autres riders du FWT font une apparition et font profiter les jeunes de leur expérience.
L’an dernier près de 15 nations étaient représentées dont la plupart membres de ski-clubs en section alpine ou freeride.

Estelle Balet, une jeune snowboardeuse passionnée de Vercorin, me raconte comment elle a vécu sa première année sur l’événement et sa préparation pour cette année.

Pourquoi as-tu décidé de participer au Junior Quest l'année dernière ?

J'ai toujours été fascinée par le freeride, surtout quand j'allais voir l'Xtreme de Verbier quand j'étais petite. Alors quand j'ai vu sur le site du FWT qu'une compétition junior était organisée, je n'ai pas hésité une seconde et je me suis directement inscrite. C'était une super occasion pour moi d'avoir un avant-goût du FWT, de pouvoir passer un weekend avec les pros tout en me mesurant à d'autres jeunes de mon âge, de voire ce que je valais.

Comment tu as trouvé les événements à Verbier et Chamonix?

J'ai vraiment adoré ces deux « Events ». Tout était super bien organisé, et on a vraiment appris beaucoup de choses niveau sécurité. Malheureusement, les deux compétitions ont été annulées, une fois à cause du manque de neige et une fois à cause du risque d'avalanche trop élevé. Mais mise à part ça, on a vraiment passé deux super weekends et on s'est bien amusé. C'était vraiment cool d'être avec d'autres jeunes qui partagent la même passion que toi.

Qu'est-ce qui t'a motivé à revenir cette année?

J'ai tellement gardé de bons souvenirs de l'année passée que, cette année, je me suis directement réinscrite pour les trois events. Et vu que je compte participer au FWQ l'année prochaine et que les events Juniors nous rapportent des points, c'est une bonne préparation! Et comme l'année passée, même si la compétition de Chamonix a été à nouveau annulée, j'ai passé un super weekend et je me réjouis d'aller à Fieberbrunn le 10-11 mars!

Ton rêve de rideuse?

Tout d'abord, gagner le Freeride World Tour, et devenir une rideuse pro, pour pouvoir passer le reste de ma vie à rider (bien sûr, c'est un rêve...) !


Anne-Sophie Taurines Nouvellement Nommée Chef Cuisinier au Restaurant et Club Le Rouge.

(2012)

Pensez au nombre de femmes qui sont chefs cuisiniers. Dans une profession dominée par les hommes, c’est dur d’en citer même une. Mais, à partir de cette saison, Verbier en compte bien une. Rencontre avec Anne-Sophie Taurines, nouvellement nommée chef cuisinier au Restaurant et Club Le Rouge.
A la maison, les femmes sont majoritaires dans le domaine de la cuisine et pourtant, malgré les années d’avancées en matière d’égalité dans de nombreuses professions dominées par les hommes, les femmes ne représentent qu’un petit pourcentage dans les cuisines de restaurants. Le travail en cuisine est sans doute un des challenges les plus physiques et émotionnelles qui soit. Se retrouver à la tête d’une équipe à travailler sous pression l’est encore plus - indépendamment de son sexe. Nous avons demandé à Anne-Sophie Taurines, chef cuisinier au Restaurant et Club Le Rouge, de partager ses réflexions quant aux femmes chefs cuisiniers dans un monde dominé par les hommes.

Raw00117 copie OKPour quelle raison pensez-vous qu’il n’y ait pas plus de femmes chefs cuisiniers à Verbier et dans les cuisines professionnelles du monde entier?

D’assumer le poste de chef cuisinier est une nouveauté pour les femmes. Traditionnellement, c’est un monde dominé par les hommes mais le nombre de femmes qui se retrouvent à la tête d’une cuisine est à la hausse d’une année à l’autre. Les programmes TV comme ‘Top Chef’ ont beaucoup aidé, une femme a gagné la version française du show l’an passé. Il y a aussi des grands chefs tels Anne-Sophie Pic, reconnue en tant que Meilleure Femme Chef du monde, qui possède 3 étoiles Michelin.

Est-ce plus difficile pour les femmes de progresser au plan professionnel  dans les professions culinaires?

Oui, c’est plus difficile d’atteindre les échelons les plus élevés de la profession. Il faut se prouver, trouver sa position, que ce soit avec les fournisseurs, l’équipe dans la cuisine ou les clients – c’est sans aucun doute un environnement macho.

Qu’est ce qui vous a inspiré à devenir chef de cuisine?

De faire de la cuisine m’a toujours passionné. Je suis fascinée par les produits et les aliments et j’adore faire ressortir le meilleur de chacun d’eux and de le partager avec les autres. Je voulais également prouver que j’étais capable d’exécuter un rôle difficile. Dans mon premier emploi, j’ai découvert qu’une cuisine professionnelle est un environnement très sexiste. De par cette expérience, je me suis résolue à réussir et à ne pas me retrouver, à nouveau, dans une situation pareille.

Quels sont les avantages et les désavantages de la profession de chef cuisinier en tant que femme et quels obstacles avez-vous rencontré au fils du temps?

Il y a de nombreux obstacles. On doit faire face aux humeurs de certains hommes ! (rires) Du côté des désavantages, je dirais la force physique. Le travail en cuisine nécessite souvent de soulever de l’équipement lourd. Quant aux obstacles, vous devez décider si vous voulez les surmonter et réussir ou si vous allez les laisser vous vaincre. Avantages ? La présence d’une femme peut apporter de l’équilibre dans un environnement bourré de testostérone. Les femmes chefs voient peut-être les choses sous un angle différent des hommes que certains pourraient considérer rafraîchissant. Je crois que la touche féminine apporte un certain raffinement à mon travail.

Quels autres éléments empêchent les femmes d’être à la tête d’une cuisine?

C’est légèrement plus difficile d’avoir une famille, mais ceci est une épreuve dans toutes les professions et une qui est surmontable. Ce n’est pas un problème pour moi, bien que j’aie un chiot, un Bouledogue français, qui s’appelle ‘Gaspacho’ dont je dois m’occuper quand je ne suis pas dans la cuisine !
(Portez une attention particulière à la terrasse du Rouge cet hiver, vous y verrez peut-être Gaspacho !)

Quels sont les objectifs pour votre poste de chef cuisinier au Rouge?

Mes objectifs sont d’utiliser des produits de qualité venant de la grande étendue régionale entre la Bourgogne et la Vallée d’Aoste – nous appelons ça la cuisine du terroir. J’aimerais également apporter une touche personnelle à un jeune établissement. Je suis aussi consciente de la situation économique actuelle et j’aimerais répondre aux besoins de tous. Je veux que tout le monde puisse vivre un moment inoubliable au Rouge.